VOUS EN VOULEZ D'AVANTAGE ?

"Béchi, Bitchi, Béssi, ça vient d'où ce nom ?"

--> Prononcé [bisi], BEECI est une abréviation de l'anglais :

Bike through Europe for Environment and Citizens' Initiatives

(Vélo à travers l'Europe pour l'environnement et les initiatives citoyennes)

beeci.project@gmail.com

Les cyclistes à l’avant-garde du développement durable

5 Mar 2016

 

Le 1er Mars dernier a été marqué par nos premiers coups de pédales ; froid, vent, grêle, un parfait début de mois de mars. Partis tard, nous sommes arrivés tard à notre première étape de Marolles-sous-Lignières.

 

Kévin, près du canal de Bourgogne

 

Nous avions pris contact quelques jours auparavant avec nos hôtes d’un soir via un site web, www.warmshowers.org (1). Kévin et son colocataire ne pouvaient pas être présents pour nous accueillir, ils étaient à une réunion importante du syndicat des rivières pour lequel ils travaillent. Pour faire court, leur métier, proche de la nature, consiste pour l’un à apprendre aux hommes à se méfier de l’impétuosité des flots et, pour l’autre, à rendre à la nature, ce qu’elle a perdu du fait des activités humaines.

Selon les indications de Kévin, juste avant le canal qui borde leur terrain, nous tournons à droite et nous retrouvons au pied d’une grande bâtisse dans laquelle se trouve leur appartement. Les clés se trouvent dans la cachette convenue et nous gravissons les quelques marches qui nous séparent de la chaleur et du confort.

 

 

Un lit est préparé et il ne nous reste plus qu’à nous décrasser et nous restaurer. Pendant que Léa se douche, je commence à préparer un repas. J’ouvre les placards de la cuisine : de bons produits maisons, des confitures récupérées auprès de leur maman, des produits issus de l’agriculture biologique et des légumes produits à quelques kilomètres, localement. C’est marrant, nous avons un peu les mêmes goûts.

Notre repas préparé, je cours moi aussi à la douche. Dans la salle de bain, des produits à base de plantes, d’huiles essentielles, un dentifrice ayurvédique (2)…

Dans la salle à manger où nous prenons notre repas, pas de télévision mais de bonnes bandes dessinées, des romans graphiques et des jeux de société pour passer de bons moments avec les amis.

Nous ne rencontrons nos hôtes que brièvement le lendemain autour d’un thé fumant et de quelques tartines. Ils ont un appartement sympathique, spacieux et lumineux, à quelques dizaines de mètres d’un agréable canal. Cet appartement, ils aiment le partager avec leurs amis et les voyageurs à vélo de passage dans la région. Eux mêmes sont d’ailleurs des cyclistes chevronnés.

Nous nous étonnons de leur mode de vie proche de la nature et nous avons confirmation de l’importance qu’elle revêt à leurs yeux. Nous n’aurons pas le temps d’aller plus loin dans la conversation, chacun devant retourner de son côté, les uns travailler, les autres sur la route.

Nous partons un peu tard dans une matinée venteuse, grise, froide et humide.

Le trajet se déroule sans encombre et nous profitons même finalement de quelques rayons de soleil.

 

 

 

Bernard et Colette à Pourrain, petit village bourguignon

 

Une crevaison a failli avoir raison de notre moral à un kilomètre d'arriver à notre seconde halte, en bas d'une colline assez pentue. La route s'est terminée à pied, poussant notre moyen de locomotion devenu une charge à travers Pourrain et ses ruelles menant à notre salut.

Le confort d'un hôtel et la chaleur d'une famille nous attendaient dans une jolie maison bourguignonne.

Après une bonne douche bien chaude et un repas tout aussi chaud mais bien plus calorique, nous trainons avec Bernard et Colette, autour de la table et d'une tisane fumante.

Ils nous parlent de leurs périples et de la générosité dont ils ont été l'objet durant leur traversée par l'Eurovélovoie 6.

La maison se remplit de rires et de bonne humeur lorsque leurs filles et leurs petits-enfants leur rendent visite mais la plupart du temps, l'étage de leur maison reste vide. Bernard et Colette travaillent à aménager cette zone pour le confort des cyclistes qu'ils reçoivent régulièrement : comme un juste retour des choses, cette générosité dont ils bénéficient lors de leurs voyages à vélo, ils la rendent à tous ceux qui passent et trouvent chez eux le réconfort.

 

 

"Ce qui est bien avec les voyageurs à vélo, c'est qu'on est sûr de partager quelque chose, une passion commune, qui nous entraîne au moins vers de belles conversations et même vers des amitiés durables".

La générosité de Bernard et Colette ne s'arrête cependant pas à aider ceux qui ont une passion en commun avec eux. A la retraite, il fallait bien continuer à s'occuper. Ils se sont lancés dans l’associatif et travaillent dans une épicerie solidaire où des personnes dans le besoin peuvent trouver à s’alimenter pour des sommes raisonnables. Les plus nécessiteux d’entre eux sont aidés financièrement et doivent gérer le budget mensuel qui leur est alloué. Ainsi, certaines habitudes de gestion qui peuvent paraître triviales sont réapprises par ces personnes qui ont vécu trop longtemps en marge de la société.

Le lendemain matin, nous avons repris la route après un solide petit déjeuner offert par Bernard et Colette. Au menu de la journée, grimpette, vent soutenu, rafales à 60km/h de face et tout du long du voyage. C’est un peu déprimant, lorsque l’on peine dans la montée, de continuer à peiner dans les descentes à cause de ce vent. Mais de belles éclaircies nous ont réchauffés le corps et l’esprit, nous redonnant courage et détermination.

 

La Famille Percher à Saint-Gondon

 

Direction Saint-Gondon où nous attend la famille Percher qui porterait bien son nom, d’après leurs propres dires. Après 75km de ce vent à rendre fou, nous arrivons dans l’interminable rue des Percher. Nous roulons un peu au radar, à la recherche de nos hôtes, lorsqu’une voix un peu haut perchée (sans mauvais jeu de mot) attire notre attention : « c’est par ici ! C’est ici ! ». Enfin, nous voilà arrivés et c’est Titouan, 9 ans, le deuxième de la famille, qui nous accueille. Nous sommes complètement stupéfaits par sa maturité et son aisance avec les deux cyclistes inconnus et puants que nous sommes. Il nous ouvre la remise, nous indique où poser les vélos et part chercher le reste de la famille pour les présentations. Nous faisons ainsi la connaissance de Manon, 12 ans, jeune fille dynamique mais réfléchie, Augustin, 6 ans, rigolo et malicieux, et Anne, leur maman. Fabrice, le papa, arrivera un peu plus tard.

 Les Percher aussi sont des voyageurs à vélo. Après quelques petits voyages, ils ont décidé l’année dernière de partir en famille pour un tour d’Europe eux aussi. Pendant 6 mois, parents et enfants ont vécu sur les routes, s’émerveillant de paysages magnifiques, de belles rencontres et de la générosité des gens qu’ils croisaient.

 

 

Ici, chaque membre de la famille a sa place et participe pleinement à la vie de la maison. Anne et Fabrice ont d’ailleurs pensé à tout pour que chacun, malgré les différences d’âge ou de taille, puisse s’épanouir et se sentir intégré à la communauté familiale. Par exemple, dans la cuisine, les éléments les plus souvent utilisés comme les assiettes, les verres ou les couverts, sont placés à hauteur d’enfant. Tous peuvent alors participer à mettre la table ou à ranger la vaisselle propre.

Mais l’originalité des Percher ne réside pas uniquement dans cette organisation participative. Comme ils le disent sur Warmshower, les Percher essayent « de vivre simplement en accord avec [des] principes écologiques qui respectent la nature ». Et ce n’est pas rien de le dire. Ici, tout ce qui ne vient pas de la Biocoop ou d’agriculteurs locaux est fabriqué maison : des crackers de l’apéro, au jus de pomme du Papi, en passant par la lessive à la cendre et le désodorisant des toilettes. Bien sûr, comme nous l’expliquent Anne et Fabrice, de temps à autre, ils se laissent aller à l’achat d’un paquet de jambon ou de pain de mie au supermarché. Il arrive que certaines contraintes soient un peu plus fortes et il faut savoir lâcher du lest, ne pas trop se mettre la pression et surtout, toujours prendre plaisir dans ce mode de vie qu’ils ont choisi.

Nous avons fait un grand tour de la maison pour découvrir tous ces produits naturels, les techniques de récolte, de fabrication, l’extracteur de jus, le déshydrateur, les cartes à jouer pour apprendre à lire… Ce sont les enfants qui se sont d’ailleurs prêtés le plus volontiers au jeu des explications devant la caméra !

 

 

 

Le lendemain de notre arrivée, nous avons beaucoup de mal à repartir. Fabrice, qui ne travaille pas la moitié de l’année, et Augustin ont passé la matinée avec nous pour récolter de l’eau de bouleau et nous confier encore quelques astuces concernant leur mode de vie.

Nous avons passé chez les Percher un sacré bon moment. Tout ce que nous cherchions se trouvait là. Vers 13h, nous roulons en douceur sous la pluie et nous repensons à cette soirée, à cette matinée puis à ces trois premiers jours.

 

Nous réalisons en cœur que, finalement, nos familles durables, nous les trouverions probablement toutes sur le site Warmshowers ! Pour le moment, trois foyers de cyclotouristes, trois foyers dont le mode de vie s’inscrit dans une philosophie apaisée, altruiste, durable. Cette passion du voyage à vélo reflète probablement une conception particulière des choses. Ici je parle en notre nom à Léa et à moi mais je suis certain que nos hôtes nous rejoindrons : le voyage qu’on nous vend sur le papier glacé des agences touristiques, ce n’est pas un voyage. On nous vend une destination. Le voyage, c’est le trajet, c’est lui qui nous forme. Le Candide de Voltaire n’acquiert-il pas la sagesse par son voyage et les rencontres ? C’est d’ailleurs probablement pour cette raison que notre destination est également notre point de départ, de Troyes à Troyes, nous mettrons 7 mois. Le voyage est intérieur et j’espère que ce seront de nouveaux Léa et Florent que vous rencontrerez à l’arrivée.

 

 

 

Pour aller plus loin

 

 

 

1. Le site Warmshowers met en contact des voyageurs à vélo et des personnes susceptibles de les recevoir pour une nuit ou deux. Le principe est déjà connu depuis longtemps et exploité par d’autres sites plus généralistes comme www.couchsurfing.org. Nous ne saurions que trop vous encourager à vous inscrire sur l’un de ces sites, vous rencontrerez des voyageurs du monde entier, vous rendrez service à de nombreuses personnes, à chaque invitation, vous êtes sûr d’entendre des histoires extraordinaires, vous apprendrez la géographie, l’anglais et l’ouverture culturelle à vos enfants… Bref, courrez-y !

 

2. Ayurvedique est l'ajectif qui se raporte à Ayurveda. L'ayurveda est une médecine traditionnelle indienne dont les traitement consistent principalement en des détoxyfications, des préparations à base de plantes et de minéraux, la modifiction des habitudes alimentaires ou des habitudes de vie, yoga... Dans cette médecine, mieux vaut toujours prévenir que guérir et même si on peut ne pas adhérer à certains concepts de l'ayurveda, il faut reconnaître qu'elle a su développer depuis plusieurs millénaires et de manière empirique, des traitements de fond curatifs et préventifs efficaces pour de nombreuses pathologies.

Fassebookez !
Cuicuitez !
Please reload

Instagram
Plus d'articles...

#3-Y’a quoi dans nos sacoches ? L'atelier

La grande distribution, pourquoi l'éviter ?

Les contenants... l'article qui va vous emballer !

#2-Y'a quoi dans nos sacoches ? L'épicerie

1/1
Please reload